Les missions de La Caravelle

Découvrez les missions de La Caravelle !

Les missions de La Caravelle

Prenons l'exemple des thérapeutes indépendants !

2 types de thérapeutes

Il y a 2 types de thérapeutes : ceux dont l’activité ne génère pas assez de chiffre d’affaires pour vivre confortablement - ceux qui n’ont pas assez de clients - et ceux qui ont tellement de demandes de RDV qu’ils ne peuvent pas tous les accepter.

La différence entre les deux ne tient pas forcément à la compétence. Il existe de bons thérapeutes qui ne parviennent pas à faire décoller leur activité, ainsi que des thérapeutes moyens qui gagnent très bien leur vie.

La différence tient à la capacité à atteindre un moment décisif dans la carrière d’un thérapeute, qu’on peut appeler le POINT DE BASCULE. Ce moment clé se produit lorsqu’un thérapeute a accompagné un nombre suffisant de patients qui ont été satisfaits. Car le critère essentiel pour choisir son thérapeute restera toujours la recommandation d’un proche.

Pour ceux qui souhaitent développer leur activité, leur objectif doit être d’atteindre ce nombre d’or, qui est le nombre minimum de patients qu’il faut avoir accompagné pour que que le bouche à oreille puisse fonctionner. Quand ce nombre est atteint, c’est le point de bascule, et les effets sont spectaculaires : le téléphone se met à sonner de plus en plus et ça n’arrête plus ! Ils peuvent s'offrir le luxe d’augmenter leur tarif horaire et même de choisir les patients qu'ils veulent accompagner.

Parfois le point de bascule met plusieurs années à arriver, parfois il n’arrive jamais.

Pourtant, en mettant en place quelques leviers simples à actionner, il est possible de l’atteindre rapidement.

C’est à ça que sert la Caravelle, dont la mission est de former les indépendants et de les aider à faire décoller leur activité en les aidant à passer rapidement de l’ombre à la lumière.

Parler de soi

Une des conditions pour réussir financièrement en tant qu’indépendant, c’est de savoir communiquer sur son activité. Or cela implique nécessairement de communiquer sur soi. Se montrer, se filmer, parler de soi, ça s’apprend... c’est nécessaire de ne pas rester dans l’ombre car c’est pour eux que leurs clients viendront...

À La Caravelle, les indépendants que nous accompagnons rencontrent souvent 2 types de blocage :

  • un blocage générationnel, d’abord. Faire son autopromotion, se mettre en avant, ça ne demande aucun effort pour les jeunes générations qui se prennent en selfie toute la journée, mais c’est plus dur quand on a plus de trente ans. La pudeur vient avec l’âge... C’est d’autant plus dommage qu'ils ont plus de choses à raconter ;
  • 2ème blocage, un blocage lié à la nature même de leur activité. Être indépendant, c’est s’intéresser d’abord à l’autre. Quand on est thérapeute, par exemple, se mettre soi-même en avant n’est pas toujours un penchant naturel…. Et c’est d’autant plus compliqué quand il faut en plus trouver la bonne distance et la bonne posture. Car ils ne s'adressent pas à leurs copains !

C’est l’une des missions de La Caravelle, que d'aider les indépendants à communiquer de façon ajustée et simple, en les aidant à construire leur discours et en les donnant les clés pour être autonome pour produire du contenu régulièrement et facilement.

Trop de chose à faire : les 80/20

Être indépendant ce n’est pas seulement faire ce qu’on aime faire, c’est malheureusement aussi devoir se coltiner des tâches avec lesquelles on n’est pas toujours très à l’aise, et qui sont nécessaires : l’administratif, la compta, la communication digitale…

Ça peut donner le vertige, et c’est fréquent de ne pas savoir par où commencer. Pour se faire connaître par exemple, entre le site internet, la page Facebook, la profil Instagram, le référencement, les campagnes de publicités, le démarchage local, les carte de visites… il faudrait des journées de 72h ! On peut ainsi tomber dans deux écueils : le premier c’est d’être tétanisé et de ne rien faire, le deuxième c’est essayer de tout faire et s'éparpiller.

Pour éviter ça il y a des solutions :

  • d’abord se rappeler de la loi des 80/20, inventée par un certain Pareto, qui dit que 20% des leviers que les indépendants peuvent actionner produiront 80% des résultats. Il suffit donc d’identifier les quelques actions qui vont tout changer, et de laisser de côté toutes celles qui mangeront leur temps sans leur apporter grand-chose ;
  • 2ème solution... l’organisation : il y a les outils pour s'organiser qui sont essentiels. Ils permettent d’automatiser leurs tâches récurrentes. Mais il y aussi des méthodes qui leur permettront d’avancer vite et bien. Elles permettent par exemple de répondre à une difficulté fréquente que rencontrent les indépendants : l’inspiration pour animer ses réseaux, comment être assidu dans ses publications, comment ne pas être à court d’idées ? Comment trouver de l’inspiration sans cesse ? C’est avant tout une question d’organisation. Les idées vous les avez !